Compétences de base en application des connaissances : un examen de la portée

Mallidou, A.A., Atherton, P., Chan, L., Frisch, N., Glegg, S. and Scarrow, G. (2018) Core knowledge translation competencies: a scoping review. BMC Health Services Research 18:502 https://bmchealthservres.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12913-018-3314-4  

 

Résumé

Mise en contexte L’application des connaissances (AC) est la vaste gamme d’activités visant à appuyer l’utilisation des résultats de recherche dans le but de mener à une pratique et à des politiques fondées sur des données probantes. Des recommandations ont été formulées pour favoriser les efforts de renforcement des capacités afin d’aider les personnes à mettre en œuvre l’AC. Dans cette étude, nous avons résumé les connaissances existantes sur les compétences en AC afin de jeter les bases de ces efforts de renforcement des capacités et d’éclairer les politiques et la recherche. Nos questions de recherche étaient les suivantes : « Quelles sont les compétences de base en AC nécessaires dans le secteur de la santé? » et « Quelles sont les interventions et les stratégies pour enseigner et renforcer ces compétences? »

Méthodes Nous avons utilisé une approche d’examen de la portée et un processus intégré d’AC en faisant appel à un groupe consultatif composé de divers intervenants. Nous avons effectué des recherches dans sept bases de données électroniques interdisciplinaires et sept sources de documentation grise pour trouver des documents publiés de 2003 à 2017 en anglais seulement. Des publications empiriques et théoriques en santé qui examinaient les compétences en AC ont été extraites, examinées et synthétisées

RésultatsDans l’ensemble, 1171 publications ont été récupérées, 137 ont été entièrement examinées, 15 empiriques et 6 universitaires conceptuels et 52 publications de la littérature grise ont été incluses et synthétisées dans notre recherche. Dans la littérature universitaire et grise, nous avons catégorisé 19 compétences de base en AC en connaissances, aptitudes ou attitudes, et identifié des interventions et des stratégies couramment utilisées pour améliorer les compétences en AC, comme l’éducation, le soutien organisationnel et la formation pratique.

Conclusions: Ces compétences de base initiales en AC des personnes ont des répercussions sur l’éducation, les politiques, le courtage de connaissances, la future et sur la nécessité d’une évaluation future des compétences en AC présentées. Nous discutons également du rôle essentiel du soutien organisationnel et de la culture dans la réussite des activités et des pratiques d’AC. 

 

La Fondation Michael Smith pour la recherche en santé (MSFHR) finance la recherche en santé en Colombie-Britannique (Canada). Non seulement la MSFHR exige l’utilisation de l’AC dans chaque demande de subvention et renforce la capacité d’AC, mais elle contribue également à la création de connaissances de base sur l’AC. Dans le présent document, ils présentent la recension des écrits qui a précédé leurs récents travaux sur l’identification et l’acquisition de compétences en AC.

Ils identifient quatre principaux éléments d’AC : synthèse, diffusion, échange et application des connaissances. J’ajouterais l’engagement des intervenants à cette liste d’éléments d’AC. Même si les compétences sont fortement axées sur la diffusion et les activités connexes, il est important de mobiliser les intervenants tout au long du processus d’AC. Il s’agit d’une compétence définie à la section 1.2 « Comprendre le processus de recherche » et « savoir établir des relations avec les intervenants », mais étant donné l’importance sous-jacente de l’activité, je recommande qu’elle soit ajoutée comme cinquième élément de l’AC.

Ils soulignent également que les efforts de renforcement des capacités doivent cibler les personnes, les équipes, les organisations et les systèmes. Cela est très important, car la plupart des activités de renforcement des capacités que je vois sont axées sur l’individu et (à l’occasion) les équipes. Si vous vous concentrez sur le renforcement des capacités des équipes, assurez-vous d’inclure les partenaires de recherche et d’AC dans le renforcement des capacités. Cela n’aidera pas si vous ne renforcez la capacité que de la moitié de la recherche pour avoir un impact sur les participants.

Ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils ont identifié 1 171 dossiers provenant de la littérature universitaire et grise et qu’ils en ont finalement inclus 73 dans leur examen de la portée

Ils ont cerné 19 compétences en AC regroupées en trois catégories : connaissances, habiletés et attitudes.

En mettant l’accent sur la diffusion, il n’est pas surprenant que les activités de diffusion apparaissent à de multiples endroits dans le cadre des compétences, notamment :

  • Compétence 2.3: partager les connaissances
  • Compétence 2.5:  diffuser les résultats de recherche
  • Compétence 2.7: favoriser l’innovation, ce qui inclut les médias sociaux, une autre forme de diffusion. Et pendant que nous y sommes, cet article date de 2018. Les médias sociaux étaient déjà au coeur de nos activités de diffusion. Il est important de les inclure. Cela ne compte plus comme une pratique novatrice. 
  • Compétence 2.8: le courtage de connaissances, y compris la facilitation de la circulation des connaissances; 

Il y a une curieuse mention du « rôle de la personnalité » qui est identifiée comme des caractéristiques personnelles. Je les alignerais sur les « attitudes » de la liste des compétences, n°3. La confiance en soi, la fiabilité et l’engagement continu envers l’apprentissage peuvent être considérés comme des qualités plutôt que comme des compétences. Je les différencie comme suit : les compétences (c’est-à-dire les habilités) sont quelque chose que l’on peut apprendre.  Les qualités (c.-à-d., les caractéristiques) sont ce que l’on supporte avec, voir cet article précédent sur les qualités des courtiers de connaissances. 

Enfin, en ce qui concerne la très brève mention des compétences organisationnelles, les auteurs affirment que « jusqu’à maintenant, peu de recherches ont été menées sur les compétences en AC au niveau organisationnel… ». Eh bien, MSFHR, veuillez consulter notre récent document sur la littératie à impact individuel et institutionnel publié par Emerald Open Research. Cela a éclairé le cahier de formation Institutional Impact Literacy Healthcheck. Publié par Emerald Publishing, il s’agit d’un outil axé sur les compétences institutionnelles pour appuyer l’impact de la recherche, y compris l’AC.

Ainsi, certains travaux sont en cours pour répondre à l’appel à l’action de l’auteur en 2018 (plus probablement écrit en 2017).

 

Questions pour les courtiers en connaissances : 

  • Croyez-vous qu’il y a redondance dans les compétences en matière de diffusion ? Quelle serait votre approche à cet égard ?
  • Si les compétences organisationnelles sont importantes, comment vous y prenez-vous pour renforcer la capacité d’une organisation ? (Suggestion… le cahier de formation Healthcheck susmentionné est un bon point de départ!).
  • Consultez notre travail sur un cadre de compétences pour les praticiens de l’impact de la recherche (ici). 80 compétences dans 11 catégories. Comparez et opposez ces deux cadres de compétences.

Et n’oubliez pas de consulter la nouvelle page Web sur les voies de l’AC de MSFHR pour consulter 9 pages de ressources qui couvrent de nombreux aspects de l’AC. Probablement plus de ressources que vous n’en avez jamais vu au même endroit.

 

Le réseau Research Impact Canada (RIRC) produit cette série d’articles du club de lecture pour rendre les données probantes sur la Kmb plus accessibles aux courtiers en savoir et pour créer une discussion en ligne sur la recherche sur la mobilisation des connaissances. Il est conçu pour les courtiers en connaissances et autres intervenants en mobilisation du savoir. Lisez cet article en libre accès, puis revenez à ce post et pour rejoindre le club de lecture en publiant vos commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *