Pouvoir et privilège dans l’examen par les pairs

David Phipps a récemment été invité à parler à un bailleur de fonds de la recherche et à certains évaluateurs communautaires au sujet de la participation de la communauté et de l’inclusion dans l’examen par les pairs des subventions de recherche en santé mondiale. Les questions de pouvoir et de privilège se posent lorsque l’on associe des évaluateurs de la communauté, du public et des patients à des évaluateurs universitaires. C’est une idée intéressante, mais elle ne fait pas partie des pratiques courantes. Il suggère trois façons de donner du pouvoir à la voix de la communauté.

 

Je travaille dans une université qui soutient la recherche et l’impact, mais je ne suis pas un chercheur universitaire. J’ai à la fois un point de vue interne (je travaille dans l’entreprise de recherche universitaire) et un point de vue externe (je ne suis pas un universitaire). J’ai travaillé dans des universités et chez des bailleurs de fonds de la recherche. J’ai observé beaucoup de pratiques, dont peu sont des « meilleures pratiques », visant à faire participer de façon authentique la voix du profane, de la communauté, du public et des patients (pour plus de facilité, je les appellerai la « communauté ») à l’examen par les pairs

 

Le fait que les membres de la communauté incluent des personnes ayant une expérience vécue renforce la pertinence de la recherche pour les utilisateurs finaux, et si la recherche est plus pertinente pour leurs besoins, il est plus probable qu’elle soit reprise et mise en œuvre dans des politiques, des produits ou des services qui leur seront utiles. C’est la thèse d’un rapport publié en 2013 par Bowen et Graham (http://researchimpact.ca/from-knowledge-translation-to-engaged-scholarship-promoting-research-relevance-and-utilization/) qui conclut que l’incapacité à combler le fossé entre la recherche et la pratique n’est pas un échec du transfert de connaissances, mais plutôt de la production de connaissances. Si les chercheurs ont travaillé sur des sujets qui sont importants pour les utilisateurs finaux, il est plus probable que la recherche soit reprise et utilisée à leur profit (en marge, cela n’enlève rien à l’objectif fondamental et à la nécessité d’une recherche fondamentale axée sur la curiosité).

 

Il existe des problèmes liés à la participation efficace de la communauté dans l’examen par les pairs. Ne vous contentez pas de parachuter un membre de la communauté dans une situation d’examen universitaire par les pairs. Le membre de la communauté se heurtera à des questions de pouvoir et de privilège qui le désavantageront toujours. Ce qui suit est une généralisation, et je reconnais qu’il y a des universitaires qui travaillent dur toute leur carrière pour équilibrer le pouvoir et les privilèges du monde universitaire, mais…

 

Le pouvoir :

⁃ De nombreux chercheurs universitaires sont habitués à être les « experts » et les pairs de l’examen par les pairs

⁃ L’entreprise universitaire autogérée fait que c’est aux universitaires de prendre les décisions concernant la recherche universitaire

⁃ Nous devons réinventer la définition d’un « pair » dans l’examen par les pairs. Les membres de la communauté ne sont pas seulement des pairs dans la participation communautaire, ils sont les experts

⁃ Avec des conventions telles que la permanence et la liberté académique, les universités travaillent sur un modèle commercial vieux de 600 ans qui a été conçu pour résister explicitement aux influences extérieures (c’est-à-dire communautaires). Il ne s’agit pas d’une atteinte à la permanence et à la liberté académique, mais d’une réflexion sur le pouvoir qu’elles confèrent aux chercheurs universitaires

 

 

Le privilège :

⁃ Les chercheurs universitaires reçoivent des salaires pour effectuer l’examen par les pairs

⁃ Les universitaires sont tenus par leur description de poste de faire des examens par les pairs

⁃ Les universitaires sont récompensés par la progression de leur carrière et la reconnaissance professionnelle de leur participation aux comités d’examen par les pairs

⁃ Aucun de ces éléments n’est vrai pour les évaluateurs communautaires

⁃ Dans le contexte de la santé mondiale, de nombreux évaluateurs scientifiques sont issus des pays industrialisés, alors que les évaluateurs communautaires ne le sont pas toujours. Les évaluateurs universitaires auront un doctorat de niveau avancé ou un doctorat en médecine, ce qui n’est pas le cas de tous les évaluateurs communautaires. Cela fait trois ans que je suis à cette table d’examen de la santé mondiale. Je note que de nombreux évaluateurs scientifiques sont blancs, alors que de nombreux évaluateurs communautaires ne le sont pas.

⁃ La colonisation et le racisme systémique sont présents dans l’examen par les pairs comme dans la société. Cela crée des tensions entre les évaluateurs universitaires et les évaluateurs communautaires

 

La plupart des réponses à ces tensions consistent à renforcer la capacité des évaluateurs communautaires à participer à l’examen par les pairs. C’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant. Même si nous renforçons les capacités, cela n’aidera pas si les évaluateurs universitaires n’écoutent pas les évaluateurs communautaires et ne respectent pas leur autorité et leur expertise.

 

La décolonisation est l’œuvre de ceux qui ont le pouvoir et les privilèges, et non l’œuvre de ceux qui n’en ont pas. Nous devons décoloniser l’examen par les pairs en équilibrant les différences de pouvoir et de privilège entre les évaluateurs universitaires et les évaluateurs communautaires.

 

Comment établir un équilibre entre le pouvoir et le privilège? J’ai vu trois méthodes d’examen des subventions qui mettent le pouvoir décisionnel entre les mains des évaluateurs universitaires et des évaluateurs communautaires.

 

  1. L’examen communautaire a lieu en premier lieu. Dans ce modèle, la communauté est le garde barrière. Seules les demandes qui présentent un excellent plan de participation communautaire et d’impact passent à l’examen scientifique.
  2. L’examen communautaire a lieu en même temps que l’examen universitaire, mais il est distinct : Les évaluateurs communautaires procèdent à leur examen séparément des évaluateurs universitaires. Seules les demandes qui répondent aux deux normes d’excellence sont considérées comme étant admissibles au financement.
  3. L’examen communautaire a lieu en dernier : Seules les demandes qui satisfont aux normes d’excellence scientifique et universitaire passent à l’examen communautaire. L’examen communautaire et des impacts fait les dernières recommandations en matière de financement.

 

 

Les trois séparent l’examen scientifique de l’examen communautaire. Cela donne du pouvoir aux évaluateurs communautaires en leur accordant des pouvoirs décisionnels, et non pas seulement de l’influence par l’entremise d’une voix à une assemblée dominée par d’autres voix empreintes de pouvoir et de privilège. Le travail dans la méthode no 3 est moindre, car de nombreuses demandes seront éliminées. La méthode no 2 pourrait donner lieu à des conflits et nécessiter une résolution de conflits. La méthode no 1 peut être effectuée au stade de la lettre d’intention, où seules les personnes ayant un engagement communautaire fort et des plans d’impact sont invitées à présenter une demande complète.

 

 

Nous pouvons équilibrer le pouvoir et les privilèges entre les évaluateurs universitaires et les évaluateurs communautaires, mais nous ne le faisons pas dans le cadre des processus existants. Nous devons modifier ces processus pour donner du pouvoir à ceux qui sont exclus des structures de pouvoir traditionnelles. Je sais que cela peut arriver parce que je l’ai vu de mes propres yeux.

————————————————

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *